Eté

Eté
La vie est remplie d'éclats de lumière si on veut bien les voir!
La beauté de la nature, la créativité des humains, la tendresse des animaux et certaines pensées sont là sur ce blog pour nous le rappeler tous les matins!

26 juillet 2011

Attendre!



En plein dans le mille! Il y a des matins où les messages de Marie-Pier ont l'art de répondre parfaitement à mes questions (et à celles de quelques personnes que je connais), qui sont comme moi dans l'attente d'un grand projet qui semble prendre tout son temps pour se réaliser! Mais , elle a raison, plus le projet est important, plus il a besoin de temps pour se mettre en place dans les meilleurs conditions possibles!
Mais plus le temps semble également long!!!!!

«La clé de tout est la patience. On obtient une poule en couvant des oeufs, pas en les écrasant.»

(Arnold H. Glasgow)

Vous y avez pensé, vous l’avez imaginé dans les moindres détails, vous l’avez choisi… Vous êtes déterminé à faire tout ce qui est en votre pouvoir pour l’avoir. La vision que vous en avez est si claire que vous pouvez presque le sentir, l’entendre et le palper. Vous êtes prêt, vous le voulez plus que tout au monde… Mais pourquoi diable ne s’est-il pas encore présenté?

Le «il» auquel je fais référence peut désigner n’importe quoi. Peut-être est-ce pour vous un emploi, un projet passionnant, un ami, un partenaire de vie… Dans tous les cas, le fait demeure que la planète Terre n’en est pas une sur laquelle on obtient instantanément ce que l’on désire; il y a un décalage entre le moment où l’on a une idée et celui où elle se concrétise. Ce délai est parfois très court, parfois très long… mais toujours présent. Même les graines que l’on sème dans notre potager ne germeront pas – du moins, pas visiblement – avant un moment.

Faire face à une étendue de terre brune peut être frustrant, surtout lorsqu’on a mis tout notre cœur à y répandre des semences minutieusement choisies. Ainsi, comment accepter le délai? Comment rester serein lorsque notre cœur tape du pied? Certains y parviennent simplement en se répétant qu’ils ne peuvent rien y changer… Mais têtue comme je suis, cela ne m’a jamais suffi. La seule façon que j’ai trouvée de faire la paix avec les périodes d’attente, c’est de prendre conscience de leur vraie nature et de leur importance.

En arrière-plan…

Un jour, il y a vous et votre chat Minou; le lendemain, il y a vous, Minou, et le bel amour aux yeux brillants que vous attendiez depuis si longtemps. Un autre jour, il y a vous et la liste d’entreprises auxquelles vous avez envoyé votre CV; le lendemain, il y a vous, la liste d'entreprises, et un message téléphonique vous informant que vous avez décroché un des emplois pour lesquels vous avez postulé…

On a parfois l’impression que la concrétisation de nos désirs se fait tout d’un coup, que la chose attendue arrive soudainement, après des semaines ou des mois pendant lesquels il ne s’est rien passé… Or, on ne voit les choses ainsi que lorsque l’on pose un regard de surface sur les événements. Car même lorsqu’il ne se passe rien, il se passe toujours quelque chose, en arrière-plan… parlons-en à une femme enceinte! Le jour de la naissance n’est que le point culminant d’un long processus. Le jour de la naissance est impossible sans ce processus.

Voir l’invisible…

On sait tous qu’une période de gestation importante précède la naissance d’un bébé; personne n’en est étonné… Or, un processus semblable précède la «naissance» de nos rêves dans la réalité. La différence, c’est que la grossesse n’est pas visible, ici. À l’abri de notre regard, la vie s’active à faire germer ce qui est en train de se former, tout comme elle s’active à faire croître les graines que l’on sème dans notre potager ou le fœtus qui est en train de se développer. Elle nettoie, elle construit, elle guérit, elle nourrit… elle prépare un petit nid. Cette préparation nous apparaît souvent secondaire – on veut ce que l’on veut intensément, et on le veut maintenant! –, mais c’est elle qui permet à nos magnifiques projets de prendre vie.

Les périodes d’attente sont donc, en quelque sorte, inexistantes. Il s’agit en réalité de périodes de croissance, de guérison, de développement, de consolidation. Pendant ce qui nous apparaît être un délai indésirable, on se transforme en ce que l’on doit être pour vivre ce que l’on aspire à vivre… Notre cœur, notre corps, notre être entier entrent graduellement en résonance avec ce qui est en devenir. Oh, on aimerait pouvoir pousser la nature, bien sûr… mais on ne ferait que retarder le processus en s’impatientant. Le stress étouffe la vie et ralentit le mouvement.

Ainsi, la plus grande chose que l’on puisse faire avant la naissance est non pas de pousser, mais de se détendre… de faire toutes les actions qui peuvent être faites pour y parvenir, bien sûr, mais en restant calme et disponible – en offrant à la nature l’espace dont elle a besoin pour opérer. Oui, juste offrir l’espace, créer un climat sain et équilibré qui permet à la vie de circuler. Et rire. Et aimer. Et vibrer. Et en profiter pour faire le plein d’énergie, aussi… Car Dieu seul sait que l’on sera occupé lorsque le jour de la naissance sera arrivé. 

Mantra du jour: «Je n’attends rien… Je participe activement à laisser les choses prendre forme naturellement».

Et j'essaye de rester calme!


2 commentaires:

michele a dit…

C'est bien là la clef: rester calme, mais j'en conviens ce n'est pas toujours facile.
Bonne journée ma Joelle.
Gros bisous

Valmu a dit…

Et parfois, quand on en a marre d'attendre, il faut donner un coup de pouce au destin ou un coup de pied dans la fourmilière ou encore... changer d'attente.
Je suis sans doute à classer dans les impatientes (pour certaines choses en tous cas) mais je me soigne ;-)
Allez, que ce destin se secoue, quoi diable ! ... ou vous n'aimez pas ce mot? Je trouve qu'il est cependant plus approprié que ceux de saints divers quand il s'agit de générer un peu de chaos... créateur d'énergie et de nouveautés, bien sûr.
Mille bisous et qu'il en soit ainsi !