Noël

Noël
La vie est remplie d'éclats de lumière si on veut bien les voir!
La beauté de la nature, la créativité des humains, la tendresse des animaux et certaines pensées sont là sur ce blog pour nous le rappeler tous les matins!

22 juillet 2011

Une histoire d'amour .....suite! Episode 3

Lire avant, les épisodes 1 et 2:

Nous en étions restés au moment où Pyrène venait d'arriver à la maison!

L'année 2003 fut donc marquée par l'arrivée de Pyrène qui permit à Zozo de s'épanouir complètement. C'était une petite chienne trés gaie qui appris vite les jeux de Zozo pour mieux le charmer! Et elle me fit bien rire lorsque je la voyais rivaliser de vitesse pour attraper le "nonos" par dessous lui entre ses pattes et lui faucher sous son nez! On investit donc dans un deuxième nonos pour ne pas faire de jaloux!
 Pour le reste, Zozo partageait tout sans problème: panier, lit, gamelle, canapé, calins et voiture!
Nous avons bien ri tous ensemble, y compris les deux minous qui se demandaient si Pyrène était vraiment un chien! Dans le genre calme, dodo, et chien coussin, les King Charles sont pas mal!
Pour Lorenzo, désormais,  tout allait bien, excepté peut-être , encore une peur des autres chiens de sa taille ou plus gros!
Dieu merci, car l'année 2003, fut aussi l'année de la canicule, d'un été insupportable, le début de quelques années terribles pour moi, durant lesquelles mes compagnons à 4 pattes allaient être plus que des amis!
J'avais commencé à ressentir une grosse fatigue depuis plusieurs mois, et l'été passant, cela n'allait pas en s'arrangeant. J'avais même eu un ou deux malaises, mais mon médecin ne s'inquiétant pas plus que ça, j'essayais de faire avec sans chercher plus loin!
C'est à l'automne que les choses s'agravèrent sérieusement. J'étais de plus en plus fatiguée. Je mettais ça sur le compte de ce fameux été, de l'exposition que j'avais du préparer pour septembre, des derniers travaux que j'avais du faire dans ma maison que j'allais quitter. Durant l'été, sans la chercher vraiment, j'en avais trouvé une autre et je devais envisager le déménagement. Plus de grand terrain pour jouer, mais une belle place et des chemins bien agréables pour se promener tranquilles. je me disais que mes chiens y seraient bien!
Je n'avais pas prévu qu'en octobre, je ferais soudain une embollie pulmonaire! A partir de là, je ne fis qu'accumuler les problèmes de santé les uns aprés les autres, hémorragies, crises  d'angoisse, attaques de panique, fibromes, et tumeur du col de l'utérus! Ca allait durer 3 ans, d'hospitalisations à répétition, souvent en urgence, d'interventions chirurgicales, de visites aux médecins, de soins et surtout de dépendance complète de mes amis! Non seulement pour moi, mais aussi pour mes compagnons canins et félins qu'il fallait caser en urgence , eux aussi ! Je ne remercierai jamais assez mes amis pour tout ce qu'ils ont fait durant ces années là.
Et là, je vis vraiment de quoi Zozo était capable! Et ça, personne ne lui avait appris!
Dés le départ, Zozo s'institua de lui-même mon protecteur absolu! Lui, que je n'avais jamais tenté de dresser à la garde, se plantait devant mon lit, ou carrément sur moi pour empécher les pompiers ou les médecins de m'approcher. On prit vite l'habitude de l'enfermer avant qu'ils n'arrivent, car sinon, il ne les aurait jamais laisser m'emmener.
Mais il était aussi capable de donner l'alerte dés qu'il voyait que je n'allais pas bien! De la même façon qu'il était resté collé à moi lorsque je l'avais adopté, il fit la même chose à nouveau, en sens inverse! Chaque fois que j'étais prise d'une horrible attaque de panique, il se collait à moi et me léchait le visage, comme pour me rassurer. Une fois, alors que j'étais tombée à genoux et que j'étais bien incapable de me relever, prise de tremblements et d'angoisses terribles, il se calla contre moi, puis me poussa doucement, en me faisant tourner sur moi-même. Je restais à genoux, mais le haut de mon corps tournait, entrainé par le mouvement que Zozo me faisait faire, et petit à petit, la crise s'atténua tout doucement! Plus tard j'appris par une prof de yoga à laquelle je décrivais ce que Zozo m'avait fait faire, que ce genre de mouvement permettait justement de se recentrer, et qu'elle l'utilisait avec ses élèves!!!!! Comment Zozo pouvait-il savoir ça????
Une autre fois, alors qu'une de mes fidèles amies était venue pour la semaine, prendre un relais qui n'en finissait pas, j'eu un malaise. Peu avant de m'effondrer, j'eu juste le temps de chuchoter à Zozo qui ne me quittait jamais: "va la chercher!". La suite, c'est mon amie qui me l'a racontée, elle-même encore abasourdie par ce qu'elle venait de le voir faire! A part son cher "nonos", je n'avais jamais dressé non plus Zozo à aller chercher quelque chose, ni quelqu'un! Pourtant, dés qu'il m'a vue m'évanouir, il a filé comme une flêche dans la pièce où mon amie se trouvait en train de broder tranquillement, pensant que j'avais enfin pu m'endormir un peu. Elle l'a vu arriver, s'approcher d'elle, attraper son pantalon pour la faire lever de sa chaise, puis repartir vers la porte en gémissant. Elle n'a pas compris tout de suite, alors il recommencé à venir la  tirer par le pantalon et lui montrer la porte en gémissant! Là, elle a compris qu'il se passait quelque chose et elle s'est précipitée vers ma chambre, où Zozo était déjà arrivé avant elle pour s'étendre contre moi!
Je m'inquiétais pour lui, pour toutes les fois où il a fallu le placer en urgence chez une amie qui voulait bien les prendre tous les deux! J'avais peur que tout cela ne finisse par détruire son équilibre durement acquis! Mais il résista courageusement, et jamais il ne refis marche arrière! Bien au contraire, comme si tout ceci lui donnait une assurance qu'il n'avait jamais eu. Lui, qui avait toujours eu peur des hommes, n'hésitait pas à se poser en gardien devant eux, prét à me défendre. Là, il ne tremblait plus, tous ses muscles étaient tendus, en alerte, prêt à leur sauter dessus! Zozo prenait sa revanche sur celui qui, lorsqu'il était encore petit, avait essayé de le dresser trop durement, et qui n'avait pas hésité à le jetter d'une voiture, quand il avait estimé que Zozo n'était pas assez agressif à son gout! Il n'est jamais devenu agressif, mais là, j'ai compris qu'il n'hésiterait pas pour me protéger, et les hommes qui se sont retrouvés en face de lui, l'ont bien compris aussi! Heureusement qu'il s'agissait là, d'hommes de coeur, des pompiers. Ils l'ont toujours respecté, ils ont appris à le connaitre, et maintenant encore, lorsqu'ils viennent chez moi, uniquement pour les étrennes, ils veulent le saluer et le caresser. Eux aussi avaient été impressionnés par son courage,sa fierté et la fidélité qu'il avait envers moi! En le voyant ainsi, personne n'aurait pu deviner que quelques années avant, ce chien passait son temps à se cacher au fond d'une niche, terrorisé par tout ce qui l'entourait!
Pour moi, Zozo n'était plus seulement un ami, c'était aussi devenu mon preux chevalier, mon prince!

à suivre....

3 commentaires:

michele a dit…

Ton Zozo, s'il n'avait pas été là, où serais-tu, toi? J'en frémis.
Passe une bonne journée ma Joelle. Gros bisous

Johala a dit…

Oh, peut-être que j'aurais survécu quand même, tu sais bien qu'en matière de survie, je suis devenue une spécialiste!!!! Et puis Zozo n'est pas éternel, hélas, aucun de nous ne l'est sur cette terre!

michele a dit…

Je sais bien, mais sa présence à tes côtés a été un bienfait.