Février

Février
La vie est remplie d'éclats de lumière si on veut bien les voir!
La beauté de la nature, la créativité des humains, la tendresse des animaux et certaines pensées sont là sur ce blog pour nous le rappeler tous les matins!

18 août 2011

Tous les chemins mènent à la Foi Episode 2


Mes grand-parents paternels (Chez Don Camillo et Pepone)

A lire avant:

Finallement ma mère n'avait peut-être pas eu tort de me placer sous bonne garde dés le départ! Les ennuis commencèrent dés l'âge de 18 mois! Aprés le vaccin de la Variole, encore obligatoire à cette époque, j'ai déclenché une réaction violente et me suis retrouvée dans le coma! Les médecins étaient plutôt pessimistes sur l'issue, mais c'était sans compter justement, sur ce qui planait discrètement mais surement, au dessus de moi! J'ai survécu,(vous aviez deviné, puisque je suis encore là pour vous le raconter) et sans séquelle apparente! Je précise bien "apparente", car en fait, je suis restée maladive jusqu'à l'age de 7 ans!


Curieusement, c'est à partir de là que mes terreurs nocturnes ont commencé à apparaitre également, ainsi que des crises de somnambulisme! Fièvres quasi permanentes, maladies, difficultés à manger s'accumulèrent sans qu'aucun médecin n'y comprenne quoi que ce soit! (ça , ça n'a pas changé depuis, les médecins j'entends!). Jusqu'au jour où l'un d'entre eux, un brave médecin de campagne parvienne à convaincre ma mère de foutre en l'air tous les médicaments, le thermomètre, et lui conseilla de me laisser tranquille tout simplement! Trés bon conseil, qui s'avéra trés efficace! Que s'était-il passé durant ce coma? Hélas, je ne m'en souvient pas! Plus tard, des années plus tard, quelqu'un me dira, qu'à ce moment là, j'avais déjà compris ce qui m'attendait et je n'étais plus trés chaude pour continuer, en bref, j'avais décidé de faire marche arrière toute! Mais apparemment c'était trop tard! Il ne me restait donc plus qu'à avancer!

Et , cahin, caha, j'avançais entre l'histoire un peu cahotique (et non pas catholique) de ma famille, mes terreurs nocturnes qui débordaient un peu dans la journée, et le quotidien ordinaire d'une petite fille de cette époque là! Une petite fille qui semblait être comme les autres, mais qui ressentait déjà beaucoup trop de choses pour son âge, et qui avait déjà compris qu'il valait mieux qu'elle garde pour elles certaines de ces choses là! Ce qu'elle voyait par exemple, les monstres qui venaient la tirer par les chevilles dés qu'elle s'endormait, ces monstres dans de droles d'uniformes qui continuaient de roder, y compris dans la journée. Et cette étoile qui revenait sans cesse, cette étoile qui ne ressemblait en rien à l'étoile du berger, mais plutôt à une trace douloureuse, et ces écoles qu'elles ressentait comme une prison avec la peur au ventre d'être toujours prise en flagrant délit, mais en flagrant délit de quoi? Et cette sensation de plus en plus grande d'imposture! Non, je n'étais pas Catholique, dans ma tête, j'étais Juive, allez savoir pourquoi, puisqu'à 9 ans, je n'avais jamais entendu parlé du judaïsme et de son histoire, chez moi ou ailleurs! Mais cette histoire là, je la connaissais sans comprendre pourquoi! En 1970, à 9 ans, une petite fille "ordinaire" ne joue pas aux camps de concentration avec ses poupées, elle ne raconte pas la Shoah à toute sa classe médusée, elle ne se met pas à hurler dés qu'elle voit un train à bestiaux! Parce qu'à ce moment là, personne encore, ne parle de tout ça autour d'elle! Apparemment, peut-être bien que ce premier coma avait laissé des séquelles finallement?

C'est un deuxième coma, à l'âge de 15 ans, qui ouvrit d'autres portes, mais là encore, personne ne put me donner les moyens de comprendre vraiment!

-Réveillez vous, aller, réveillez vous!

-Mais arrétez de me donner des claques, vous voyez bien que je suis réveillée! Au lieu de me gifler, vous feriez mieux de me donner une couverture, j'ai froid!

-Mademoiselle, réveillez vous!

-Mais ça suffit, vous allez arréter de me secouer, je vous demande une couverture, vous êtes sourde ou quoi? Papa, Maman, dites lui, vous voyez bien que je vais bien, pourquoi vous pleurez, je suis là, je vais bien!

Et non, je n'étais pas bien! J'étais dans le coma, je les voyais, je les entendais, mais eux, ne m'entendaient pas, ne me voyaient pas! Et je ne comprenais pas ce qui m'arrivait! Lorsque je racontais ça au psychiatre qui me reçut dans les jours suivants, il ne parut pas surpris ! Mais il ne put me donner aucune explication non plus! Pourtant il fit quand même quelque chose! Quelques jours aprés notre entretien, il me ramena au service de réanimation qui m'avait prise en charge, il me présenta plusieurs médecins et infirmières et me demanda si je reconnaissais quelqu'un!

-Oui, celle là, c'est elle qui n'arrétait pas de me gifler, alors que je lui demandais simplement une couverture!

"Celle-là", l'infirmière, resta un peu baba! Comment pouvais-je savoir que c'était elle, alors que j'étais sensée être inconsciente? le psy ne fit aucun commentaire, il remercia tout le monde, puis m'entraina vers la salle de réanimation où on m'avait soignée, et , de là, il m'entraina ensuite vers un couloir assez éloigné, où mes parents étaient restés là, tout le temps qu'on me réanimait! Il me confirma qu'ils étaient bien restés assis là , en pleurant! Les questions commençaient à se presser dans ma tête! Moi j'étais là-bas, inconsciente, eux ils étaient là dans ce couloir, alors comment ce fait-il que j'ai vu et entendu ce qui se passait là-bas, et comment se fait-il que j'ai pu les voir ici?

-Ca arrive parfois! Me dit-il, et c'est tout ce que je pus en tirer! Aucune réponse de sa part, mais des questions par milliers dans ma tête! Mais où chercher?

Il me faudra encore des années pour trouver un début de réponse, non seulement à cette curieuse expérience, mais également à toutes les questions que je me posais sur ces ressentis bizarres d'avoir une autre histoire que celle que je vivais, et dont je n'osais parler à personne! La religion qu'on m'avait donné jusque là ne m'apportait aucune réponse, et le sentiment qu'une forme de folie était en train de s'emparer de moi, ne m'incitait pas à en parler davantage! Pourtant, habituée aux psys dés ma plus tendre enfance, j'aurais pu  me confier à eux, mais quelque chose en moi, me retenait sur ce sujet là! Je me fixais, à partir de là, deux missions: trouver des réponses à mes questions et lutter contre "cette folie", car ce ne pouvait pas être autre chose qu'une forme de folie!

C'est l'année suivante que je commençais à trouver quelques réponses, à la foi grâce aux psys, et grâce à la religion!

A suivre....

Aucun commentaire: