Février

Février
La vie est remplie d'éclats de lumière si on veut bien les voir!
La beauté de la nature, la créativité des humains, la tendresse des animaux et certaines pensées sont là sur ce blog pour nous le rappeler tous les matins!

5 septembre 2011

Chateau de Camarsac!

Comme Matin Lumineux est en Gironde en ce moment, ses obligations ne l'empêchent pas de s'arréter de temps en temps sur un élément du paysage! Et d'y faire éventuellement un petit travail en passant!
Hier, entre Bordeaux et son point de chute, le chateau de Camarsac!










« A la fin du XIème siècle, les hautes plaines de l'Entre-Deux-Mers, n'offraient à l'œil qu'une contrée à peu près inculte, au milieu de laquelle fût bâtie une maison forte. Cette maison forte et ses seigneurs disparaissent pendant les siècles suivant pour réapparaitre au XIVème et, sur l'emplacement de la vieille maison forte, l'un d'eux bâtît le château de Camarsac auquel, suivant une tradition ancienne, le Prince Noir (Edouard de Woodstock) aida de son influence et de son argent. Il y avait peu de temps qu'il était achevé lorsque Duguesclin, qui guerroyait dans l'Entre-Deux-Mers, s'en empara. Il fût acheté en 1407 par les frères Canteloup. En 1408, ils commencèrent à le faire restaurer. Le sénéchal ordonna à Monet de Canteloup de s'arrêter. La destruction fût ordonnée. Monet appela de la décision du sénéchal au roi d'Angleterre. Henri IV ordonna de surseoir à la démolition et autorisa la continuation des travaux » .

Puis succédèrent les Gères en 1495. Dès le XVème, les meurtrières originelles furent remplacées par des fenêtres et des cheminées. Au XVIème fut construit un des plus imposants colombier de la région. Surtout au XVIIIème Pierre de Gères fit construire un grand corp de logis contre la façade méridionale ainsi que toute la ferme agricole. L’ensemble du château subit de « grandes réparation » en 1858, travaux qui ont donné au château, selon Léo Drouyn, « un grand aspect décoratif ».
L’ensemble fut ensuite agrémenté au XIXème siècle de machicoulis. Cette constante évolution a permis au Château de Camarsac de s’inscrire de manière durable dans son environnement. A la suite de son père Lucien et de sa sœur Bérénice, Thierry Lurton essaie depuis 2007 de favoriser l’expression de ce terroir par la combinaison du savoir-faire, de la technique, de la tradition, du travail et de la passion.

 Extraits de Les Châteaux historiques et vinicoles de la Gironde, Edouard Guillon, Tome troisième. 1868.




3 commentaires:

Delphine a dit…

Il doit y avoir une bonne petite cave, à dedans !!

Joelle a dit…

Non, tu crois? Et il n'y en avait qu'une!!! Ici, c'en est plein de bonnes caves, partout! Un chateau et un autre chateau, et encore un autre!
Mais bon, je suis pas venue pour visiter les caves, alors???
Bisous

Valmu a dit…

Aux caves, je préfère les terrasses, pour déguster un petit vin du coin. Mais attention, pas plus d'un avant de reprendre ton chemin.
Bonne route.