Noël

Noël
La vie est remplie d'éclats de lumière si on veut bien les voir!
La beauté de la nature, la créativité des humains, la tendresse des animaux et certaines pensées sont là sur ce blog pour nous le rappeler tous les matins!

8 novembre 2011

La Pagode

Il y a quelques temps Delphine avait publié sur son blog (http://paradisexpress.blogspot.com/) un article sur ce cinéma parisien un peu particulier. Et ça m'a rappelé de vieux souvenirs. En effet , il se trouve que lorsque j'ai découvert Paris, j'ai pu admirer ce cinéma, car mon guide était alors un ami, ancien projectioniste, passionné de vieux cinémas! J'ai donc visité toutes les vieilles salles de Paris avant les autres monuments!
Je garde un excellent souvenir de ces ballades avec lui dans Paris! Merci Xavier!











La Pagode est un cinéma indépendant, classé art et essai et situé au 57 bis rue de Babylone et au 1 rue Monsieur, dans le 7e arrondissement de Paris. Réputée pour sa salle japonaise et son jardin, elle est un des cinémas des plus insolites de la capitale.


La Pagode fut initialement construite en 1896 par l'architecte Alexandre Marcel. Il s'agit alors d'un cadeau de François-Émile Morin, directeur du grand magasin Le Bon Marché tout proche, à son épouse. Mme Morin y organise de nombreuses réceptions, mais dès l’année de l’inauguration, elle quitte son mari pour son associé, M. Plassard. Les réceptions somptueuses continuent malgré tout jusqu’à la fermeture de la salle en 1927.

Quatre ans plus tard, en 1931, les portes de La Pagode s’ouvrent enfin au public. Le lieu, précurseur du 7e art, devient l’unique cinéma du 7e arrondissement. En 1956, les premières salles art et essai parisiennes sont dotées d’un statut officiel : l’AFCAE. Sous l’impulsion de sa directrice-gérante, Yvonne Décaris, La Pagode devient un haut lieu de la cinéphilie, surtout pour les admirateurs d'Ingmar Bergman et de Sergueï Eisenstein. Jean Cocteau y donne également la première du Testament d’Orphée en 1959.

Dans les années 1960, La Pagode participe à la Nouvelle Vague en programmant François Truffaut, Éric Rohmer, Jacques Rozier. Le jardin est inscrit au titre des monuments historiques par un arrêté du 21 février 1983, tandis que la façade, les toitures et la grande salle sont classés par un décret du 21 août 1990.

Après plusieurs années d’exploitation par Gaumont et trois ans de fermeture, La Pagode devient en 2000 un cinéma indépendant sous l'impulsion de Jean Henochsberg. Aujourd’hui géré par Étoile Cinémas, le lieu continue d’accueillir de nombreux événements : masterclass avec de grands cinéastes (James Gray, Amos Gitaï), festivals, débats…

1 commentaire:

Avalons Garden & the Garden Cottage Cats a dit…

Wow! Love It, how interesting :)) Hugs ~