Eté

Eté
La vie est remplie d'éclats de lumière si on veut bien les voir!
La beauté de la nature, la créativité des humains, la tendresse des animaux et certaines pensées sont là sur ce blog pour nous le rappeler tous les matins!

14 décembre 2011

Irena Sendler: Hommage à une grande Dame!


La figure d’Oscar Schindler a été acclamée dans le monde entier grâce à Steven Spielberg qui s’en est inspiré pour faire le film aux sept Oscars en 1993 et qui racontait la vie de cet industriel allemand qui a évité la mort dans les camps de concentration à 1.000 juifs.
Pendant ce temps, Irena Sendler était une héroïne inconnue hors de la Pologne et à peine reconnue dans son pays de quelques historiens. Les années de l’obscurantisme communiste ont effacé ses exploits des livres officiels d’histoire.
De plus, elle n’a jamais rien raconté à personne de sa vie durant ces années.
C’est en 1999 que, curieusement, son histoire a commencé à être connue grâce à un groupe d’élèves d’un institut au Kansas et à leur travail de fin d’études sur les héros de la Shoah.
Lors de leurs recherches ils ne trouvèrent que peu d’éléments sur Irena.
Mais il y avait un chiffre surprenant :
Elle avait sauvé la vie de 2.500 enfants.

Comment se fait-il qu’il y ait eu si peu d’informations sur cette personne ?

A leur grande surprise, quand il s’agit de rechercher sa tombe, ils découvrirent qu’il n’y en avait pas car elle était encore en vie .

Cette vieille dame dame de 97 ans vivait dans une maison de retraite au centre de Varsovie.
Dans sa chambre ne manquent jamais ni bouquets de fleurs ni lettres de remerciements venues du monde entier.
Lorsque l’Allemagne envahit son pays en 1939, Irena était infirmière au Bureau d’aide sociale de Varsovie. En 1942 les nazis établirent un ghetto à Varsovie. Irena, horrifée par les conditions de vie dans ce ghetto, rejoignit le Conseil pour l’aide aux Juifs..


Elle réussit à identifier les bureaux sanitaires qui devaient lutter contre les maladies contagieuses..
Comme les envahisseurs allemands craignaient une possible épidémie de typhus, ils permirent aux Polonais de contrôler ces établissements.
Très vite, elle se mit en contact avec les familles auxquelles elle proposait d’emmener leurs enfants hors du ghetto. Mais elle ne pouvait leur garantir de réussir..
C’était un moment terrible ; elle devait convaincre les parents de lui confier leurs enfants alors qu’ils lui demandaient :
"Pouvez-vous me promettre que mon enfant vivra…?"

…mais qui pouvait promettre quand et s’ils réussiraient à sortir du ghetto?

La seule certitude était qu’ils mourraient s’ils y restaient .
Les mères et grands-mères ne voulaient pas se séparer de leurs enfants et petits-enfants. Irena le comprenait parfaitement étant elle-même mère; elle savait parfaitement que le moment le plus dur de cette démarche était la séparation d’avec les enfants.
Parfois, quand Irène venait avec ses assistantes rendre visite aux familles pour les faire changer d’avis, elle ne pouvait que constater qu’ils avaient déjà été tous emmenés dans les trains vers la mort.
A chaque fois que cela lui arrivait, elle luttait encore plus fort pour sauver encore plus d’enfants.
Elle commença par les faire sortir en ambulance, comme victimes du typhus.
Mais très vite elle utilisa tout ce qui était à sa portée pour les cacher et les faire sortir du ghetto : sacs d’ordures, boîtes à outils, emballages de marchandises, sacs de patates, cercueils...
Entre ses mains, tout se transformait en moyen pour s’échapper.

Elle réussit à recruter au moins une personne dans chacun des dix centres du Département de l’aide sociale.
Grâce à cela, elle établit des centaines de fausses pièces d’identité avec des fausses signatures
pour donner une identité temporaire à ces enfants juifs.


Irena passa toute cette période de la guerre à penser à la paix.
Elle ne voulait pas seulement maintenir ces enfants en vie. Elle voulait aussi qu’un jour chacun de ces enfants puisse récupérer leurs vrai nom, leur vraie identité, leur histoire personnelle, leur famille.
Aussi, eut-elle l’idée d’archiver le nom des enfants et leur nouvelle identité.
Elle notait les éléments sur des petits morceaux de papier qu’elle gardait dans des boîtes de conserve avant de les enterrer sous un pommier dans le jardin du voisin.

Elle conserva ainsi, sans que personne la soupçonne , le passé de 2.500 enfants ..jusqu’au départ des nazis..
Mais un jour les nazis eurent vent de ses activités.

Le 20 octobre 1943, Irena Sendler fut arrêtée par la Gestapo et emmenée à la prison de Pawiak pour y être brutalement torturée.
C’est dans un coussin de paille dans sa cellule qu’elle trouva une image de Jésus Christ.
Elle la conserva comme preuve d’un miracle pendant tous les durs moments de sa vie
jusqu’à ce qu’en 1979 elle s’en sépare et l’offre au Pape Jean-Paul II.
Irena était la seule à connaître les noms et adresses des familles qui avaient recueilli les enfants juifs; elle endura la torture et refusa de trahir aucun de ses collaborateurs ni aucun des enfants cachés.
En plus de tortures innombrables, on lui rompit les pieds et les jambes. Mais personne ne put rompre sa volonté. Aussi fut-elle condamnée à mort.
Une sentence qui ne fut jamais accomplie car,sur le chemin de l’exécution, le soldat qui l’accompagnait la laissa s’échapper.
La Résistance avait soudoyé le garde parce qu’on ne voulait pas qu’Irène meure avec le secret de la cachette des enfants.
Elle figura officiellement sur la liste des exécutés.
Ainsi, à partir de ce moment, Irena poursuivit son travail mais sous une fausse identité.

A la fin de la guerre, elle deterra elle-même les bouteilles et utilisa ses notes pour retrouver les 2.500 enfants qu’elle avait placé dans des familles adoptives.
Elle les réunit avec leurs proches, disséminés dans toute l’Europe , mais la majorité avait perdu leur famille dans les camps de concentration nazis..
Les enfants ne la connaissaient que sous son nom de code : Jolanta.
Des années plus tard, quand son histoire apparut dans un journal accompagnée de ses photos de l’époque, plusieurs personnes commencèrent à l’appeler pour lui dire :

"Je me rappelle ton visage …je suis l’un de ces enfants, je te dois la vie, mon avenir et je voudrais te voir …"

Irena a dans sa chambre des centaines de photos de quelques uns des enfants survivants
ou de leurs propres enfants.
Son père, un médecin, qui mourut du typhus quand elle était encore petite, lui a enseigné la chose suivante :

"Aide toujours celui qui est en train de se noyer, sans considération de religion ou de nationalité.
Aider chaque jour quiconque est une nécessité que te dicte ton coeur"

Irena Sendler est depuis des années clouée à un fauteuil roulant par suite de lésions dues aux tortures infligées par la Gestapo.
Elle ne se considère par comme une héroïne.
Elle ne s’est jamais glorifier de ses actions. Et à chaque fois qu’on lui pose la question, Irena dit:

" J’aurais pu faire plus et ce reproche me poursuivra jusqu’au jour de ma mort."


Née le 15 février 1910, Irena Sendler est longtemps restée peu connue en Pologne, à l'image d'Oskar Schindler, qui est mort dans la pauvreté en Allemagne, avant que son action soit immortalisée au cinéma par Steven Spielberg.
Il fallut attendre mars 2007 pour que la Pologne au travers de Lech Valesa lui rende un hommage solennel et propose son nom pour le Prix Nobel de la Paix.
Cependant, le mémorial israélien de l'Holocauste, le Yad Vashem, lui avait décerné dès 1965 le titre de Juste parmi les Nations, réservé aux non-juifs qui ont sauvé des juifs (un peu plus de 22.000 à ce jour).
Elle est décédé lundi 12 mai 2008 à l'âge de 98 ans dans la même discrétion qu'elle vécue.

Source: http://www.uneautrevie.org/index.php?mod=articles&ac=commentaires&id=140


5 commentaires:

Avalons Garden and Mewsings of Garden Cottage Cats a dit…

Bless Her ..... What a Beautiful and Kind Face, such a Gentleness about her, and what Strength ~
An Amazing Woman, God Bless her.

Wonderful Post~
Hugs~
Angel

michele a dit…

Quelle femme merveilleuse! Quelle force intérieure il y avait en elle! Mon émotion à lire ce récit ne te surprendra pas.

Gros bisous

johala6@yahoo. a dit…

Et celle que j'ai ressenti en lisant son histoire, ne te surprendra pas non plus, je suppose! Tu sais combien e sujet me tient à coeur!Bises

Bridget a dit…

Magnifique histoire vraie!

michele a dit…

Bien sûr que ton émotion à lire son histoire ne m'a pas surprise non plus:je sais combien ce sujet te tient à coeur en effet.
Bisous