Eté

Eté
La vie est remplie d'éclats de lumière si on veut bien les voir!
La beauté de la nature, la créativité des humains, la tendresse des animaux et certaines pensées sont là sur ce blog pour nous le rappeler tous les matins!

6 juin 2012

6 JUIN 1944




APRES L'HOLOCAUSTE, en 1948, l'Organisation des Nations Unies exprimait sa première résolution avec ces trois mots: PLUS JAMAIS CELA !

MAIS LE TEMPS PASSE....et la banalisation du génocide est en route jusque dans les dictionnaires et autres encyclopédies populaires....les moyens manquent pour la préservation des preuves irréfutables de la folie de l'homme...ET LES HOMMES OUBLIENT VITE !

Arméniens,Europe nazie, Cambodge des Khmers rouges, Kurdes de l'Irak de Saddam Hussein, Bosniaques de la Yougoslavie en décomposition, Rwanda, Darfour... Le triste point commun qui unit ces régions, ces pays, ces populations, depuis le début du siècle dernier: ils furent le théâtre ou les victimes d'un génocide.

Et aucun "plus jamais ça", aucune promesse faite après la découverte d'un charnier n'a pu empêcher la mort de millions d'innocents, ailleurs, quelques années plus tard.


URSS: Le communisme devait libérer les peuples, au lieu de cela il les fit travailler. Au plus fort de son peuplement, en 1938 et en 1948, 15 millions de ‘zeks’ (détenus) habitaient le goulag. Cette main-d’œuvre est employée de façon temporaire ou permanente sur les mines et les chantiers à risques élevés. Nourrie au strict minimum compatible avec sa reproduction. La population pénitentiaire totale de la Russie d’ancien régime comptait 60 000 personnes alors que la population pénitentiaire du goulag en URSS fut des dizaines d’années autour de 15 millions. Elle est évaluée en 1974 entre 2 et 3 millions de personnes.

La première création de camps socialistes remonte au 4 juin 1918, lorsque Trotsky, très proche intellectuellement de Lénine, donna l’ordre d’y emprisonner les Tchécoslovaques qui refusaient de rendre leurs armes. Lénine en personne a suivi, lors de l’insurrection paysanne de Penza le 9 août 1918. L’usage en a été codifié dans la résolution Sovnarkom du 5 septembre 1918. Tous les groupes de population ‘impurs’ aux yeux des maîtres du parti y finiront : les koulaks dès 1929, les adversaires de Staline dès 1937, les groupes nationaux soupçonnés de faible patriotisme soviétique en 1941, les prisonniers militaires libérés dès 1945, les intellectuels juifs dès 1949, les ‘dissidents’ ensuite.

Grâce à l’ouverture des archives soviétiques, des données fiables existent pour les quatorze années du 1er janvier 1934 au 31 décembre 1947 : elles montrent que, dans l’ensemble des camps du Goulag, 963 866 prisonniers sont morts, soit environ 69 000 par an ; comme la mortalité était d'un peu plus de 10 % des déportés, cela permet d'évaluer leur nombre total durant ces 14 ans à environ dix millions (5% de la population).

En 1970, Soljénitsyne évaluait déjà à 10 millions le nombre de personnes passées dans les camps soviétiques ; aujourd’hui, les historiens parlent de 15 à 18 millions de détenus au total.


Cambodge :En 1970, un coup d'Etat antimonarchique précipite le Cambodge dans une guerre civile très meurtrière (300 000 victimes), qui conduira à la prise du pouvoir par les Khmers rouges, menés par Pol Pot, en avril 1975. Ils transforment le pays, désormais Kampuchéa démocratique, en un gigantesque camp de travail forcé, et laisseront derrière eux près de deux millions de morts, en un autogénocide qui détruira 20% de la population.

En 1979, les Khmers rouges seront défaits par les voisins vietnamiens, venus envahir le pays au nom d'une ingérence humanitaire. Cette nouvelle République populaire du Kampuchea fera 150 000 morts et plus de 650 000 réfugiés.

Kurdes: En mars 1987, Ali Hassan al-Majid est nommé Secrétaire général du parti Baas pour la région Nord, incluant le Kurdistan. Sous son autorité, le contrôle des opérations contre les combattants kurdes est transféré de Bagdad au parti Baas. Ceci est le prélude à la « solution finale » au problème kurde décidée par Al-Majid dès son arrivée à son poste. L'opération destinée à éradiquer définitivement le « problème kurde » est baptisée Anfal.

D'après le Tribunal spécial irakien, 182 000 civils ont été tués et plus de 2 000 villages détruits.D'après Human Rights Watch,2 90 % des villages de la région cible ont été rayés de la carte et 1 754 écoles et 270 hôpitaux détruits.

Tibet: En 1984, le Gouvernement tibétain en exil déclara que, depuis 1951, plus de 1,2 million de Tibétains avaient péri en raison de l'invasion de leur nation. Il était parvenu à ce chiffre après des années d'analyses de documents, de déclarations de réfugiés, et les conclusions de délégations exilées envoyées au Tibet de 1979 à 19839,10

D'autres personnalités réfutent le chiffre de 1,2 million de morts mais indiquent des estimations significatives. Ainsi l'historien et journaliste anglais Patrick French reprenant les études de l'historien et animateur de Radio Free Asia Warren W. Smith Jr, considère qu'environ « 500 000 Tibétains sont directement morts à cause de la politique appliquée au Tibet par la République populaire de Chine

Yougoslavie: Selon le Centre de documentation et de recherche de Sarajevo, en mars 2006, le conflit en Bosnie-Herzégovine a coûté la vie à 96 175 2 personnes (dont 38 645 civils), se répartissant ainsi :

Bosniaques : 63 994 (dont 34 555 civils)
Serbes de Bosnie : 32 723 (dont 2 145 civils)
Croates : 7 338 (dont 1 899 civils)

En janvier 2007, le Centre a revu ses chiffres légèrement à la hausse, et annonce le chiffre de 97 901 tués

Afghanistan : En Afghanistan, le nombre de civils tués depuis 2006 ne serait "que" de 9759, dont 6269 tués par les forces anti-gouvernementales, et 2723 par la coalition ou les soldats de l’armée régulière, d’après l’ONU, à quoi il conviendrait de rajouter entre 6300 et 23 600 civils morts directement, ou indirectement, du fait de la guerre entre 2001 et 2003

Irak : Le plus grand nombre de décès est à chercher du côté des civils. Iraq Body Count a ainsi documenté entre 100 et 110 000 civils morts de façon violente, depuis 2003 (à quoi il conviendrait de rajouter 15 000 civils morts mentionnés dans les warlogs publiés par WikiLeaks).



Rwanda : 800000 morts en 1994. Des cérémonies ont eu lieu le 7 avril à Kigali, la capitale, et à Nyanza, où plus de 5 000 personnes furent massacrées.

Darfour: le conflit au Darfour a fait au moins 180 000 morts en un an et demi selon des chiffres publiés par l'ONU.


Palestine: 60 ans d'occupation
Plus d'une centaine de milliers de morts
Quatre millions de réfugiés
Chaque jour de nouvelles terres volées, de nouvelles maisons détruites,de nouvelles familles expulsées et massacrées, etc...
Quand ce génocide prendra -t-il fin?
Quand les Nations Unies oseront-elles dénoncer cet était criminel et le punir en conséquence?
Le génocide justifie-t-il le génocide? J'aurais pourtant cru le contraire....
Un peuple qui a beaucoup souffert devrait normalement être le premier à condamner tout acte de cruauté, et pourtant......



Il semblerait que les humains ne comprennent pas le sens de : PLUS  JAMAIS CA , quelque soit leur langue!
Moi, ce sont les humains que je ne comprends plus!

3 commentaires:

Anne a dit…

Oh joëlle, ton matin-ci n'est pas pas lumineux; c'est terrible!!
L'homme est une bête sauvage.........
"Allumer une bougie plutôt que maudire les ténéèbres!!!"

johala6@yahoo. a dit…

Non Anne, mon matin aujourdhui, n'est pas lumineux! Comment pourrait-il l'être quand je vois tout ce qu'il se passe? J'essaye de montrer habituellement la face lumineuse du monde, mais parfois, j'ai envie de pousser un gros coup de gueule!
Bisous

Anonyme a dit…

ces images là me font du mal, elles me révoltent,vont m'obséder,
mes nuits sont suffisamment cauchemardesques
le plus triste dans tout cela c'est que les coupables ne les voient pas comme nous ne ressentent
pas les mêmes choses que nous
ils sont trop dans leur monde de colère,de violence,de haine,de psychopathe
la compation,l'Amour, la pitié ne font pas partie de leur langage,
la révolte des non violents,nos coups de gueule ne sont pas entendus
est-ce si simple que ça? je ne crois pas!
est-ce bien utile de les montrer?

je comprends pourtant que tu l'aies fait ,même si cela m'est insupportable de savoir que sa existe,que l'horreur continue:

c'est aussi ,une pensée pour les victimes!
que pouvons -nous faire?

bises gégé