Eté

Eté
La vie est remplie d'éclats de lumière si on veut bien les voir!
La beauté de la nature, la créativité des humains, la tendresse des animaux et certaines pensées sont là sur ce blog pour nous le rappeler tous les matins!

15 novembre 2014

Guerre 14-18



Les soldats étrangers en provenance des colonies de l'époque







Les colonies des Empires français et britannique ont joué un rôle important pendant la Première Guerre mondiale, fournissant aux Alliés des soldats, de la main-d’œuvre et des matières premières.
Pour la France:
Les colonies ont été un "réservoir humain" important durant la première guerre mondiale. Par exemple, 220 000 Algériens sont venus en France  : 85 000 se sont battus sur le front (plus de la moitié y sont morts) et 135 000 ont travaillé dans les usines ou dans les champs. Saphis algériens, tirailleurs sénégalais, Tabors marocains... Tous ont contribué à l'effort de guerre sur le front ou à l'arrière.
En quatre années de guerre, la France a  fait également venir d’Indochine 43430 tirailleurs Annamites (centre de l’actuel Vietnam) et Tonkinois (nord), mobilisés surtout dans des bataillons d’étape chargés de l’aménagement et du transport . 1123 sont morts au champ d’honneur. En outre, 48981 travailleurs indochinois ont été envoyés aux usines françaises pour remplacer les ouvriers partis au front.
Les « indigènes » sont affectés très majoritairement dans les régiments de tirailleurs. Si ces effectifs peuvent sembler relativement peu importants par rapport au total des effectifs engagés, les troupes « indigènes » comptent à leur actif bon nombre de faits d'armes particulièrement glorieux et leur rôle ne saurait être sous-estimé. Les troupes de l'Armée d'Afrique en particulier, européennes comme indigènes, grâce à leur qualités guerrières, sont choisies pour participer aux combats les plus durs sur le front de France chaque fois que la situation l'exige.
La guerre terminée, pour les décorations et les citations, les Tirailleurs nord-africains viennent, avec les Zouaves, juste après les deux régiments les plus décorés de l'armée française. Les tirailleurs nord-africains obtiennent plus de 20 % des plus hautes distinctions décernées (Drapeaux décorés de la Légion d'honneur ou de la Médaille militaire et fourragères rouges à la couleur de la Légion d'Honneur) alors que leurs effectifs au combat ne représentent à la fin de la guerre que 2 % du total des combattants.
Pour l'empire britannique:
L'Empire britannique mobilise environ 1 300 000 hommes dans les Dominions, qui serviront en priorité sur le front français, et un peu plus de 1 400 000 aux Indes (dont environ 870 000 soldats). La grande différence est que les soldats coloniaux français servirent sur les fronts européens, en France et dans les Balkans, alors que les Indiens servirent en très grande majorité au Moyen-Orient.
 Seul 12 % vinrent en France. Les pertes indiennes sont estimées à 64 000 tués.
Sources:      
 http://www.cndp.fr/crdpreims/memoire/enseigner/soldats_indigenes/02armee.htm

http://fr.wikipedia.org/wiki/Colonies_dans_la_Premi%C3%A8re_Guerre_mondiale

http://www.histoire-image.org/site/etude_comp/etude_comp_detail.php?i=1001

Sur 8 millions de soldats mobilisés (dont 1,4 million tués ou disparus), la mobilisation des troupes coloniales aura concerné :
– 175.000 Algériens (dont 35.000 tués ou disparus)
– 40.000 Marocains (dont 12.000 tués ou disparus)
– 80.000 Tunisiens (dont 21.000 tués ou disparus)
– 180.000 Africains noirs (dont 25.000 tués ou disparus)
– 41.000 Malgaches (dont 2.500 tués ou disparus)
 – 49.000 Indochinois (dont 1.600 tués ou disparus)
 Total : 565.000 (dont 97.100 tués ou disparus)





 le Bouquet d'Ypres

1- J'ai cueilli pour vous, près de ma tranchée,
Ces jolies fleurs bleues, myosotis d'amour,
Qu'avril fait renaître,
En vous les offrant, je vois apparaître
La jolie lueur de vos yeux si doux.  
J'ai cueilli pour vous, près de ma tranchée,
Ces jolies fleurs bleues, myosotis d'amour.

 2- Puis, quand viendra mai, oh ma tendre aimée,
Mon bouquet sera de muguet tout blanc,
Cueilli dans les Flandres.
Parmis ces grands bois où depuis septembre,
Nous luttons pour vous, alertes et confiants,
Puis, quand viendra mai, oh ma tendre aimée,
Mon bouquet sera de muguet tout blanc.

 3-Si je vois juillet, baigné de lumière,
Mon bouquet sera de coquelicots
Aux rouges pétales,
Fleurs de messidor, cueillies sous les halles
Et rouges du sang de tous nos héros. 
Si je vois juillet, baigné de lumière,
Mon bouquet sera de coquelicots.

 4- Et toutes ces fleurs aux couleurs de France
Feront un bouquet, souvenir très pieux.
Si la mort brutale
M'emportait un jour dans une rafale,
En pensant à vous, je fermerais les yeux.
J'ai cueilli pour vous, près de ma tranchée,
Ces jolies fleurs bleues, myosotis d'amour




3 commentaires:

Jeanmi a dit…

Une pensée triste également sur mon blog...

iris a dit…

hello
moi qui n'avait déjà pas trop le moral
a lire tout ça est très douloureux
je viens juste de faire le lien
avec
Les bleus --Les Bleuets
je m'etais toujours demandé pourquoi
cette fleur
bonne journée
bisous
edith

Valmu a dit…

Traduction du poème très "libre" j'oserais dire. Cela perd en profondeur.