Février

Février
La vie est remplie d'éclats de lumière si on veut bien les voir!
La beauté de la nature, la créativité des humains, la tendresse des animaux et certaines pensées sont là sur ce blog pour nous le rappeler tous les matins!

14 novembre 2014

Les blessés et les soins























Comment régler la question de la main-d’œuvre alors que la plupart des hommes sont engagés au front ? La solution se trouve du côté des femmes, appelées dès 1914 par le président du Conseil français René Viviani à remplacer « sur le champ du travail ceux qui sont sur le champ de bataille ». Les associations féministes les exhortent à soutenir le front, à coudre, à tricoter pour les soldats. Nombre d’entre elles assument le rôle de marraines de guerre, correspondent avec des soldats, envoient des colis. Mais c’est l’engagement dans les services de santé qui permet de participer le plus directement au conflit. En France, en 1918, le service de santé des armées emploie plus de 100 000 femmes, dont 70 000 bénévoles, auxquelles il faut ajouter plus de 10 000 religieuses. Manifestation du patriotisme des Françaises, cet engagement s’explique aussi par une volonté d’échapper à l’angoisse de l’absence prolongée du fils ou du mari, de se rendre utile dans des temps tourmentés, de trouver leur place dans une société transformée.
http://education.francetv.fr/article/la-premiere-guerre-mondiale-ou-le-basculement-dans-le-monde-moderne-episode-1-o33479


(cliquer sur l'image pour agrandir)


1 commentaire:

Zapi a dit…

Petit rappel de l'histoire, merci, gros bisous.