Eté

Eté
La vie est remplie d'éclats de lumière si on veut bien les voir!
La beauté de la nature, la créativité des humains, la tendresse des animaux et certaines pensées sont là sur ce blog pour nous le rappeler tous les matins!

3 novembre 2014

Mon frère Eric


Mon frère a été expédié dans un hopital au fin fond de l'Essone, l'hopital de Bligny (prenez google map pour trouver où c'est !!!!!) paumé au milieu des bois, où on a un mal fou à avoir du réseau téléphone et où la seule connexion internet est celle de l'hopital! Le premier bled est à 8km!
Ils ont le culot d'appeler service de soins intensifs, un vulgaire service ordinaire où la seule différence vient de la quantité de machines.
Mon frère qui a repris conscience est dans un état lamentable, il n'a plus que la peau sur les os sur les jambes, il a complètement fondu, et se retrouve dans un état d'angoisse et de déprime épouvantable. Il ne dort pas, il ne mange pratiquement pas, il est complètement épuisé physiquement et nerveusement. Une semaine avant que j'arrive , j'avais demandé qu'il puisse avoir la visite d'un psychiatre, j'avais expliqué que mon frère avait toujours eu un tempérament anxieux même avant tout ça. La psychiatre est enfin passée, le jour où je suis arrivée! Il l'ont fait poireauté jusque là. Elle a confirmé qu'il fallait lui donner du Déroxat ou au moins un anxiolytique , vu l'état dans lequel il était. Ils ont refusé de le faire, le laissant dans cet état de panique qui provoque , non seulement des idées suicidaires, mais également une contracture des muscles totales, dont , en particulier la cage thoracique, le diaphragme, et l'abdomen, ce qui demande une quantité d'oxygène encore plus importante bien sur, alors que eux, ne pensent qu'à une chose, c'est pouvoir lui enlever le respirateur le plus vite possible! 
Ce ne sont pas des médecins, ce sont des mécaniciens, et qui en plus, devant moi, l'un d'entre eux, pour lui faire encore plus peur, lui a décrit en détail, ce qui se passerait s'il se laissait aller, souffrances, escarres, et qu'évidemment, eux feraient tout pour qu'il vive le plus longtemps possible comme ça!
Non seulement, j'ai été profondément choquée par l'état de mon frère en arrivant, mais lorsque j'ai compris comment les médecins de ce service fonctionnaient, le mot "psychologie" ne faisant pas partie du Vidal, j'ai été outrée par leur comportement, et je ne me suis pas privée de leur dire. Ca , ils n'aiment pas évidemment. ils se sentent tout puissants pendant qu'Eric se sent prisonnier d'eux!
Quand Sam est arrivé des USA, j'ai essayé de lui faire comprendre qu'il faudrait pouvoir ramener Eric sur Amiens, mais je ne sais pas si il le fera! C'est ce que souhaitait Eric, sortir de là, et revenir en Picardie, mais seul un médecin influent peut intervenir. La famille n'a rien à dire!
Eric peut parler maintenant grace à un boitier qu'on met dans le respirateur, j'espère qu'il arrivera à se faire entendre!
Inutile de vous dire que lorsque j'ai du le laisser , j'ai eu l'impression de l'abandonner et j'avais le coeur brisé! Est-ce si difficile de donner un peu de tendresse à quelqu'un qui en a tant besoin?????
Quand est-ce que les médecins seront formés à la psychologie, et comprendront que l'état psychologique d'un patient est déterminant pour sa santé physique?

Eric m'a demandé de remercier tous ceux qui avaient prié pour lui et pensé à lui, mais je crois qu'il a encore largement besoin de vos prières pour tenir le coup et s'en sortir, ou pour qu'on trouve un autre établissement où le personnel sera un peu plus compatissant. Et qu'on ne vienne pas me dire qu'ils étaient débordés, ils prenaient bien le temps d'aller dehors tous ensemble fumer leur clope et prendre leur café, alors qu'à La Salpétrière, un service de réanimation médicale en cardiologie, autrement qualifié et autrement difficile, médecins et infirmiers étaient aux petits soins pour les patients avec beaucoup de gentillesse et de patience.
Merci

10 commentaires:

Rosa Illa Gonzàlez a dit…

Je fait mon prière pour votre frère. J´espère que il avait les soins et l´amitiè que il avait besoin. Je suis avec vous. et aimerai bien de pouvoir faire quelque chose au respecte. Moi habite a Barcelona, mon frère a Vienne.

Isabelle Debat a dit…

tous les hôpitaux n'ont pas la même qualité de soin , cela dépend beaucoup du chef de service et des moyens ( financiers et humains ) qu'ils ont !
tu devrais , peut être , demander a voir le chef de service et parler avec lui , souvent le dialogue est plus payant que la colère
bien entendu je comprends ta colère , que je trouve justifiée , quand on est touché de près c'est très, très difficile a vivre
bon courage a lui et a toi
biz isa

CECILE PREUVOT a dit…

BONJOUR JOHALA - je t'envoie tous mes encouragements à toi et ton frère ......je sais combien c'est difficile. BISOUS CECILE

Hélène, en Gironde. a dit…

Bonjour,
Malheureusement, les soignants qui font leur boulot par-dessus la jambe, ça existe, avec ma belle-mère nous avons connu ce type de situation (alors qu’un de ses fils travaillait sur place en plus mais trop timide pour monter au créneau !).
Sans rentrer dans les détails, la seule chose qui a fait que les choses avancent dans le bon sens, cela a été de prendre rendez-vous avec le médecin chef qui s’occupait du service et de poser des questions très précises…pourquoi ma belle-mère restait allongée depuis 3 semaines sans kiné, pourquoi elle n’avait pas reçu son infiltration ect… On s’est rendu compte que l’information ne circulait pas, ne remontait pas !
On a montré que la famille était là et qu’on ne lâcherait pas l’affaire et que l’on voulait que les choses se fassent et avancent.
A partir de ce moment, ma belle-mère a eu des séances de kiné 2 fois par jour, une psychologue s’est occupée d’elle, bref, les choses ont avancé…ce n’était donc pas une question de moyens !
C’est dingue à dire mais c’est un combat, il faut montrer aux médecins que le malade n’est pas seul, qu’il est entouré.
Ce que l’on a compris aussi dans cette histoire c’est que le milieu hospitalier est très hiérarchisé et qu’il faut s’adresser aux personnes importantes, haut placées si on veut que les choses bougent et y aller au culot. Se faire entendre, exiger que les choses se fassent et contrôler qu’elles se fassent, c’est un réel combat !
Courage ! C’est une épreuve terrible que vous traversez, tous mes vœux de rétablissement pour votre frère !
Hélène.

Nadezda a dit…

Bonjour Johala, je comprends que tu sois triste et révoltée. C'est limite cet hôpital et beaucoup d'autres aussi. Souvent les malades ne sont que des n°.
Courage et embrasse Eric de ma part, je vais prier pour lui.

Je t'embrasse !

suziqu's thread works a dit…

Oh Dear Johala I was really distressed after reading your article about the way your dear brother has been treated. It is a very sad world when no one cares to help their fellow human being even a nurse or doctor! I hope he can find that spirit within to live again.
I shall keep him in my prayers dear friend and take care not to worry yourself sick too.
Warm hugs and love,
Suzy

Anonyme a dit…

pour faire suite à mon courrier,
je suis bien consciente qu'il existe hélas des hôpitaux ou les soignants sont peu compétents,souvent on se demande ce qu'ils font là
tes amis blogueuses ont raison, mieux vaut s'adresser au bon dieu, le médecin chef , qu'à ses saints,
courage
bises
gégé

johala a dit…

Merci à tous vos commentaires. Ce ne sont pas les compétences que je remets en cause, quoique, il y a des mécaniciens pour les automobiles de base, et il y a les mécaniciens pour les porshes et les rolls, et puis il y les mécaniciens de formule 1 ou ceux de pilote de chasse. Seuls les derniers se préoccupent aussi du pilote, pas seulement de la voiture ou de l'avion.
Pour les médecins , c'est pareil. Il y a ceux qui ne pensent qu'à la mécanique, et il y a ceux qui pensent au patient comme un être humain!
Bises

Zapi a dit…

Pourvu que vous puissiez le faire transférer, je continue mes prières, bisous.

lejardindebrigitte a dit…

Bon courage à ton frère et toi !!!