Eté

Eté
La vie est remplie d'éclats de lumière si on veut bien les voir!
La beauté de la nature, la créativité des humains, la tendresse des animaux et certaines pensées sont là sur ce blog pour nous le rappeler tous les matins!

8 décembre 2015

La prière..."Vous ne faites pas assez appel à nous !"



For strangers , click on google traduction please!

Voici un texte écrit par  Alyna Rouelle, médium, qui vous parle à sa façon de la prière!

"S’il est un message répété inlassablement dans les communications qui me sont faites par les êtres de lumière nous accompagnant dans l’invisible, c’est bien celui ci : « Vous ne faites pas assez appel à nous ! Laissez-nous porter vos fardeaux, laissez-nous alléger vos peines.»
S’il est une réalité dont nous avons bien du mal à nous convaincre, malgré toutes nos croyances et efforts pour mener une vie tournée vers la lumière et qui ne cesse de nous être rappelée, c’est bien celle-ci : « Vous n’êtes jamais seuls. »
D’où vient que nous ayons autant de difficulté à admettre dans notre réalité quotidienne la dimension lumineuse ? Est-ce vraiment du seul fait de son invisibilité…? Où est-ce parce que nous avons trop bien appris notre leçon et ancré dans toutes nos cellules que la vie est dure, que rien n’est facile, qu’il faut en baver, que l’on n’a rien sans rien… nous connaissons tous par cœur ce genre de précepte. Dans l’ensemble, ils sont assez peu utiles, mais, c’est vrai, « adaptés » à cette société dure, malaisée, source de souffrance, etc. Alors on se dit que puisque c’est comme ça, il faut bien faire avec. Mais avec quoi ? Avec la société ? Cette société là ? En négligeant la Société de Lumière qui elle, nous tend les bras à chaque instant, prête à déverser en nous et dans nos vies la légèreté, la beauté, la facilité, la douceur et la perfection…? Attention, c’est encore un choix par défaut, ça ! Ne venons-nous pas de décider d’arrêter de nous comporter comme des biscottes ?!
Nous connaissons toutes et tous cette terrible résignation-tristesse qui nous envahit lorsque, au bout d’un certain temps d’affirmations positives et de travail sur la lumière, on trouve que l’on n’arrive à rien, qu’on souffre comme tout le monde, que notre vie n’est pas magique du tout, et que d’autres qui ne font pas la moitié de ce qu’on fait ont beaucoup plus de chance…
On a tous déjà dit ou pensé : « Pourquoi moi qui crois à tout ça, qui connais et comprends le rôle et la présence de toutes ces merveilles, je n’arrive pas à faire mieux que ça…? Pourquoi les gens qui ne croient en rien réussissent mieux que moi et souffrent moins ?  Et eux en plus ils ne se prennent pas la tête ! Pfffff… je n’arrête pas de bosser sur la lumière et voilà le résultat ! Ah merci la loi d’Attraction ! Merci les anges ! Rien du tout ! Que du vide ! C’est nul, j’en ai marre ! J’abandonne, voilà, vous êtes contents ?! »
Qui n’a pas au moins une fois, au cours de ce merveilleux chemin spirituel que nous avons tous emprunté, levé les yeux vers le ciel en criant et pleurant ce genre de choses. Et c’est bien normal, tout à fait compréhensible et légitime… mais c’est tourner les yeux dans la mauvaise direction. Pourquoi ? Parce que nous cherchons (pour changer) un coupable à l’extérieur alors que c’est à l’intérieur de nous qu’il faut intervenir.
J’ai aujourd’hui reçu un bien joli message de la part des êtres merveilleux qui nous accompagnent, ainsi qu’une image très amusante et représentative. Les êtres de lumière, quels qu’ils soient, ne manquent jamais d’humour. Imaginez-vous ce qui suit :
Vous vous réveillez le matin, entrez dans la salle de bain et découvrez avec horreur que votre lavabo fuit. Après avoir séché vos pieds et épongé le sol, vous commencez à vous énerver. « Non mais qu’est ce que c’est que cette plomberie de naze aussi ! » Puis vous cherchez des solutions. Vous allez farfouiller dans la caisse à outils et vous en saisissez plusieurs dont vous pensez connaître le maniement, puis vous ouvrez le placard sous le lavabo afin de réparer vous-même la fuite. Là, rien. Vous ne comprenez vraiment pas d’où peut bien venir toute cette eau… Une seule chose est certaine, c’est qu’elle continue d’envahir votre salle de bain. Vous composez le numéro d’un plombier, qui ne peut pas arriver avant le milieu de l’après-midi mais vous demande tout de même d’être disponible de 12 à 18 heures. Parfait, c’est justement ce que vous aviez prévu de faire aujourd’hui : attendre le plombier. D’ailleurs celui-ci vous rappelle pour vous dire qu’il ne pourra finalement pas se déplacer avant le début de la semaine prochaine.
Pour éviter de vous énerver davantage, vous préparez une infusion, prenez le chat sur vos genoux et mettez une petite musique réconfortante. Et là, vous vous rappelez que vous êtes super connecté et branché « nouvelles énergies », que vous connaissez tout sur la loi d’attraction, le pouvoir de la pensée, le fait qu’on a toujours autour de nous une multitude d’êtres bienveillants prêts à nous aider à tout moment… ! Eurêka ! Vous reprenez espoir et commencez à affirmer de toutes vos forces : « Le lavabo est réparé, le lavabo est réparé, j’ai une salle de bain toute neuve, merci, merci, merci… » Vous allez quand même jeter un œil : ça coule toujours. Vous mettez de gros scotch autour d’un joint et continuez vos affirmations sans désespérer : « Tout est réparé miraculeusement, la lumière pourvoit à tout, guérit tout, répare tout, tout va de mieux en mieux… Tout est déjà réparé, tout est parfait. Merci, merci, merci ! » Ça coule plutôt de plus en plus. Vous cherchez d’autres solutions, rien. Pendant des jours et des jours le problème ne quitte pas votre esprit. Il occupe vos journées et vous n’en dormez plus la nuit…
Et inévitablement à un moment donné : « Oh et puis merde ! Vous êtes nuls là-haut ! Ça fait des jours que je bosse moi alors à votre tour un peu hein ! Allez, montrez-le que vous êtes là !  Moi j’ai assez donné ! »
ac33b7_0e27a9A la suite de quoi, rincé, vous vous endormez. A votre réveil vous constatez que la fuite a disparu. Sur le lavabo se trouve un petit mot : « Je suis passé te voir et te déposer le papier que tu m’avais demandé. Comme tu dormais je n’ai pas voulu te réveiller. PS : j’ai réparé ton lavabo j’avais ma caisse à outils dans la voiture.  A demain, je t’embrasse ! »
Conclusion : il a fallu que vous vous endormiez pour que la lumière puisse faire le nécessaire et agir. Pour résumer, il a fallu que vous soyez « hors d’état de nuire » pour qu’elle ait la voie libre !
L’image qui m’a été communiquée aujourd’hui est la suivante : on est là, à gesticuler et à crier dans tous les sens « Mais qu’est ce que je vais faire, mais comment je vais faire ! », en tournant le dos (pour rester dans l’ambiance lavabo), à toute une équipe de plombiers!
Un petit détail qui fait parfois toute la différence : faire appel à la lumière ne suffit pas, il faut la laisser faire. Autre exemple, voici ce qui m’est arrivé il y a quelques semaines à peine. Un beau matin je reçois une lettre de la banque m’indiquant que j’étais à découvert.  Rien de grave, mais un virement que j’attendais n’était pas arrivé à temps et allait mettre encore un moment à me parvenir. Une des choses les plus indiquées qui soient pour bien commencer la journée n’est-ce pas ? « Oh mais comment je vais faire, oh là là ils ne pouvaient pas faire le virement dans les temps non ? !! C’est encore moi qui vais trinquer ! Oh et puis ce système des banques, c’est vraiment pervers aussi !! » Passée l’émotion, je me replace dans ma lumière, je retrouve mon centre et je demande que la situation de mon compte en banque soit régularisée de la manière la plus parfaite qui soit par la lumière. Puis, après avoir profondément exprimé ma gratitude, je lui ai tout laissé en « totale gérance ». J’insiste sur le terme Totale Gérance, qui est d’une importance capitale. Il faut bien comprendre que demander de l’aide à quelqu’un, cela suppose aussi de le laisser apporter son aide. On ne peut pas demander à quelqu’un de porter, par exemple, un sac trop lourd pour soi si on ne lâche pas la poignée du sac ! Donc demander l’aide de la lumière, requiert de la laisser faire son travail. Et je dois avouer que je suis assez fière de moi car je n’y ai plus du tout pensé, sinon avec une confiance totale et une joie profonde de savoir mon compte en banque géré par la Lumière. Le lendemain matin, j’avais un chèque dans la boîte aux lettres ; le surlendemain, un second ; et le jour suivant, EDF m’informait d’un remboursement par virement d’un montant trop important prélevé sur une facture précédente ! Non seulement mon découvert était comblé mais le chiffre affiché était positif et très au dessus de ce que j’aurais pu espérer !
« Oui mais alors, pourquoi est ce que ça n’a pas marché la dernière fois ? »
Précisément parce que la dernière fois, après avoir demandé de l’aide, j’avais visualisé sans relâche la manière de régler mon problème. J’élaborais sans cesse de nouvelles idées pour solutionner les choses, je cherchais le meilleur moyen de tout résoudre, je décidais de plans de bataille, de solutions de dernier recours, j’envisageais les risques, les possibilités, mes préférences, mes peurs… je n’avais pas du tout lâché la poignée du sac. Donc personne n’avait pu le porter à ma place.
Nous avons en permanence tout autour de nous une équipe lumineuse illimitée, douée à la perfection dans tous les domaines qui soient, et prête à intervenir… pour peu que nous la laissions faire…
On m’a souvent fait la remarque suivante : « Oui mais tu vois, ce qui n’est pas juste, c’est que c’est toujours à nous de faire le travail, à nous de « lâcher », de faire en sorte de se sentir super bien quand tout va super mal, de ceci, de cela, alors que franchement, ils voient bien quand on a besoin d’aide. Ils pourraient intervenir sans qu’on ait à faire tout ça ! »
Il existe dans le monde invisible des règles, des lois, tout comme il en existe dans le monde physique. L’une de ces lois est très simple et facilite beaucoup de choses lorsque l’on a intégré son fonctionnement et son immuabilité.
L’ombre, on le sait, agit en force, dans l’irrespect, bafoue les règles et se moque des lois de l’Univers, tout en y étant soumise malgré tout car déjà vaincue, déjà déchue par les forces lumineuses.
La Lumière, elle, quelle que soit sa forme, est par nature, Respect, Amour, toute Délicatesse. Elle n’agit jamais à notre place, ne force jamais les choses. Elle nous laisse toujours la plus grande liberté, la possibilité du choix, tant que nous avons assez de forces pour choisir. Elle nous laisse toujours maître de nous-même. Elle reconnaît et respecte en nous l’énergie du Maître, et ce statut est inviolable. De la même manière que c’est à nous, à notre Maître intérieur de repousser l’ombre lorsqu’elle force notre porte, c’est en Maître qu’il nous faut ouvrir cette même porte à la Lumière. Et tout comme elle reconnaît en nous la grandeur du maître, il nous faut reconnaître à notre tour sa toute puissance et accepter de placer en elle notre confiance.
Le principe de « laisser faire » cependant, ne doit pas être mal compris ni devenir source de malentendus ; La confiance qu’il convient d’instaurer et de préserver en soi ne revient en aucun cas à adopter une attitude simpliste ou provocatrice du genre : « Bon ben tiens, je ne fais rien, et on va voir si ça fonctionne ces conneries. », ou encore : « Moi de toute façon je veux la preuve par A + B que ça existe pour y croire. » De ce type de conduite résulte bien entendu le contraire de ce que l’on est en mesure d’espérer.
Pourquoi ?
Parce qu’il faut une bonne fois pour toutes arrêter de vouloir qu’on nous mâche le travail ! Nous sommes des êtres responsables !! Il y a une grande différence entre « ne rien faire », et « faire ce qui est juste ». Parfois la juste chose à faire est de se retrousser les manches et de foncer. Dans d’autres circonstances, l’attitude la plus sage demande d’avoir l’humilité et la force intérieure de laisser faire la bonne autorité, le bon système, la bonne équipe. Si votre voiture tombe en panne en plein désert et que vous êtes branché mécanique c’est parfait, la lumière vous aidera à la réparer vite et correctement ; Mais si vous n’êtes pas mécanicien, ça ne sert à rien de détruire le moteur en criant au ciel que quand même, il ne vous aide pas beaucoup…  il vous faudra plutôt, dans ce genre de circonstance vous munir d’acceptation pour laisser la lumière vous apporter la solution. Et peu importe la solution ! Elle peut vous être offerte sous la forme de quelqu’un qui passe par là et possède les bonnes pièces ou les bonnes connaissances, ou sous la forme d’une idée, ou du souvenir que vous avez dans la portière gauche un manuel explicatif très clair et imagé ainsi que quelques pièces de secours parmi lesquelles se trouve … celle dont vous avez besoin ! Et des milliards de possibilités peuvent vous être présentées ! La lumière ne faillit jamais.
Nous ne sommes pas des êtes isolés, nous ne sommes pas des corps physiques soumis à des lois matérielles et séparés du reste du monde. Nous sommes le monde.
« Rendez-vous compte qu’il n’y a pas Vous d’un côté, et Nous de l’autre. Vous et Nous formons un Grand Tout qu’il est dommage de ne pas activer et de la puissance et des possibilités duquel il est regrettable de ne pas profiter. Devenez Nous, et nous deviendrons Vous. Car il n’y a qu’Un, sans distinction, sans division ni séparation. »
Il est une vertu essentielle à travailler et à faire mûrir en soi pour avancer sur le chemin de l’expansion : le courage. Celui de prendre ses Responsabilités.
Il y a à ce sujet une petite histoire très amusante que j’aime beaucoup transmettre:
Un petit village est submergé par les eaux suite à un ouragan, et les gens se réfugient sur les toits des habitations. Un homme se retrouve seul sur le toit d’une maison isolée et se met à prier. « Seigneur, secoure moi, aide moi, Seigneur viens me sauver… » Quelques minutes après sa prière, deux individus approchent dans une embarcation et crient à l’homme de monter à bord, ce à quoi ce dernier répond que non, le Seigneur va venir le sauver personnellement. Il continue à prier et une heure plus tard, les pompiers passant par là lui lancent une corde et une bouée pour qu’il les rejoigne. Non, merci, répond l’homme, Dieu va venir me sauver. En fin de journée, une troisième expédition pour retrouver des survivants s’approche de lui et propose son aide. L’homme fait pour la troisième fois la même réponse.
Tard dans la nuit, plongé dans une obscurité totale, l’homme se met à pleurer et à reprocher à Dieu de ne pas avoir fait quoi que ce soit pour le sauver.
« Quoi ? Non mais tu rigoles ? Je t’ai envoyé trois bateaux ! »
Vouloir vivre une nouvelle vie sans lâcher nos anciennes habitudes est un leurre. Certaines modifications doivent être effectués pour accéder aux Nouvelles Possibilités. Autrement dit, une des premières choses à ôter de ses considérations intérieures est de décréter que la lumière doit venir à nous sans que nous ayons à fournir le moindre effort. La Lumière ne viendra pas à nous, pour la simple et bonne raison qu’elle est déjà là, partout autour de nous, partout en nous !
La vertu de courage engendre celle d’humilité. Le courage de prendre nos Responsabilités amène à l’humilité de reconnaître que nous sommes aux commandes. Que le navire file ou qu’il chavire ne dépend que de nous.
Blesser ou non notre dos à porter une charge trop lourde ne dépend que de notre courage et de notre humilité à poser l’acte juste à dire oui ; Oui à la main qui nous est toujours tendue, aux bras qui nous sont toujours ouverts, à l’aide et au secours qui sont toujours disponibles, inconditionnellement offerts. Mais c’est à nous de donner l’impulsion.
Accéder aux infinis bienfaits de la Réalité Lumineuse, c’est avant tout accepter de l’inclure dans notre vie. On reconnaît volontiers l’existence et l’omniprésence de la lumière lorsque tout va bien, mais nous peinons à percevoir sa lueur lorsqu’une situation tourne au vinaigre. Nous nous sentons trahis, nous perdons pieds, bien souvent parce que nous ne comprenons tout simplement pas le message.
 « Lorsque vous paniquez, vous empêchez le bon déroulement des choses, car vous éteignez la flamme de votre confiance. Comprenez bien que nous accorder votre confiance, c’est nous affirmer votre autorisation, c’est passer votre commande, donner votre ordre. A partir de ce point, vous pouvez avoir foi dans le fait qu’à la fin tout sera merveilleux. Mais vous éteignez la machine avant l’avènement du merveilleux ! C’est un peu comme éteindre le feu sous la casserole et désespérer que l’eau bout ! Vous n’acceptez pas assez la dimension lumineuse dans vos vies, vous ne lui accordez pas assez de temps ni d’espace. Laissez lui la possibilité de se manifester dans toute sa splendeur, laissez-la s’occuper de vous, laissez-nous prendre soin de vous ! »

Alyna Rouelle








Aucun commentaire: