l'été

l'été
La vie est remplie d'éclats de lumière si on veut bien les voir!
La beauté de la nature, la créativité des humains, la tendresse des animaux et certaines pensées sont là sur ce blog pour nous le rappeler tous les matins!

31 juillet 2019

Notre Dame de Paris 3 mois aprés

Ce qu'il y a de fabuleux avec les médias, c'est qu'ils font un foin de tous les diables d'un évènement pendant un, deux ou trois jours, on n'entend parler que de ça, et puis aprés..... Plus rien! En bref, c'est comme une série que vous aimeriez suivre et dont on ne vous montrerait pas les épisodes suivants!
Pour Notre Dame de Paris, nous avons eu droit à un battage médiatique avec les mêmes images en boucle pendant 3 jours, et depuis plus un mot. Je suppose qu'il faudra attendre la fin des travaux pour en entendre à nouveau parler à grand renfort de célébrations et autres!
Et ce qui se passe entre-temps????????

Personnellement, tout le travail accompli par ceux qui travaillent dessus depuis l'incendie me semble aussi, voire plus important que le reste. Ce qu'ils font , comment ils le font, me semble pourtant passionnant, le travail des artisans, des artistes, des restaurateurs, historiens d'art et chercheurs, en bref, les médias s'en fichent complètement! Pas moi, bien au contraire, et comme j'ai donné un peu (trés peu) à la fondation du patrimoine, cela me permet d'être abonnée à la newsletter et de suivre les actions qui sont menées "discrètement" sur le chantier colossal de Notre Dame! Et Dieu sait qu'ils n'ont pas chômé!


Chers protecteurs de notre patrimoine,
Suite à votre don pour Notre-Dame de Paris, nous revenons vers vous pour vous informer sur les travaux de la cathédrale… Et les nouvelles sont plutôt bonnes !
Prenez donc votre casque, et suivez-nous !


Alors que la fragilité de la cathédrale demeurait jusqu’ici assez inquiétante, les premières étapes de consolidation de l’édifice ont été réalisées avec succès !
Après la mise hors d’eau de l’édifice, il a été nécessaire de traiter en priorité les pignons Nord et Ouest de la cathédrale. La partie Nord menaçait même de s’effondrer sur la rue du cloître !


Il a par ailleurs été urgent d’utiliser une grue afin de faire descendre les dernières statues et acheminer le matériel nécessaire pour le pignon Ouest.

Dans le même temps, les voûtes hautes qui avaient résisté à l’incendie se sont retrouvées recouvertes de gravats.
Pour éviter que la pluie n'aggrave les dégâts, une bâche a donc été installée très rapidement.


Célèbres dans le monde entier, les vitraux de Notre-Dame de Paris ont également eu besoin de secours.
Afin d’envisager leur future restauration, leur dépose a été indispensable.



Une autre étape très délicate a été réalisée il y a quelques jours : la pose de cintres en bois lamellé-collé !
En image, vous pouvez voir une grue monter l'un de ces grands cintres en bois afin de maintenir les arcs-boutants de la cathédrale.


Dirigeons-nous maintenant à l’intérieur où les travaux de recherches se poursuivent.
Comme vous pouvez l'entrevoir, des filets ont été posés dans la nef et le chœur afin de sécuriser l'accès aux parties inférieures de la cathédrale et permettre aux scientifiques de récupérer les gravats .


Les gravats sont enlevés avec une méthodologie mise au point conjointement avec le Laboratoire de Recherches des Monuments Historiques et la police scientifique chargée de l’enquête.
Du fait de la poussière contenant du plomb, les personnels portent combinaisons, gants, et masques à assistance respiratoire.


Le mobilier, les objets et l'ensemble des autres trésors situés dans la cathédrale ont été épargnés !
Heureusement, les Grandes Orgues ont été protégées par les voûtes intactes de la cathédrale et n'ont pas été touchées par le feu ou l'eau.


À l'intérieur, de multiples métiers et nationalités sont représentés. En effet, les milliers de poutres calcinées et irrécupérables de Notre-Dame offrent aux chercheurs un incroyable trésor de connaissances.
On compte environ 250 chercheurs qui sont actuellement en train d'examiner de près des parties de la cathédrale qui jusqu'ici n'avaient jamais été étudiées.


Et NON, la fondation du patrimoine ne s'occupe pas uniquement de Notre Dame de Paris!
3200 projets en cours, 103 projets de plus sélectionnés par la mission Bern, pour l'année 2019!
Dont un qui me tient particulièrement à coeur, et qui a eu la chance de faire partie des monuments sélectionnés.
Il s'agit du kiosque à musique du Jardin Dumaine à Luçon!



"Le jardin Dumaine, parc de quatre hectares au coeur de la Ville de Luçon, est cité parmi les plus beaux de France. Il est le fruit du legs de Pierre-Hyacinthe DUMAINE en 1872 à la Ville de Luçon.
Au centre, un bassin octogonal borde le kiosque à musique construit en 1891 grâce à Julien DAVID, alors président de la Société Philharmonique de Luçon. Il est réalisé par la Maison JOUFFRAY d’Orléans sous le contrôle de l’architecte municipal Émile BORDELAIS.
Le temps faisant ses effets, cet édifice présente des signes inquiétants de vieillissement. Les piliers servant de descente d’eaux pluviales sont très érodés. Par ailleurs, le chapeau est usé par les intempéries et son socle ornementé de faïences se délite.  C’est ce qui pourrait continuer à se produire si la Ville de Luçon n’avait pas pris la décision de lancer la rénovation complète de cet édifice qui accompagne nombre de jeunes mariés et autres fêtes familiales.
Un tel chantier représente un coût important que seule la Ville du Cardinal Richelieu ne peut assumer. Alors, nous faisons appel à votre générosité en contribuant financièrement à sa réhabilitation.
Il s’agit d’un lieu de mémoire, et un outil fondamental de diffusion et de vulgarisation de la musique. Il oeuvre à propager parmi la population, le goût de la musique. Il est le lieu de vie et fierté pour ses habitants.




Les projets emblématiques 2019 et les autres, partout en France:
Chacun de vous peut trouver un chantier qui lui tient à coeur!



30 juillet 2019

L'ouvrage du mois: un coussin

En voyant les articles que je publie sur la décoration de la maison, les travaux et le jardin, n'allez pas imaginer que je passe mon temps à bosser comme une malade!!! NON!
En fait j'ai travaillé le matin, et ensuite repos obligatoire tout le reste de la journée, santé oblige! Mais quand je dis repos, cela signifie petite sieste et ensuite rester assise sur ma méridienne pendant des heures. Et rester des heures sans rien faire, ça c'est impossible pour moi. Donc il fallait bien que j'ai un ouvrage à faire dans les mains!
J'avais entrepris de tricoter un ensemble pull et gilet en coton, mais contrairement au crochet, le tricot, me fait vite mal aux épaules et cervicales. J'ai fini le pull, et j'ai bien entamé le gilet, mais la péri-arthrite scapulaire me guettant, j'ai préféré poser mes aiguilles et reprendre un crochet!
J'ai donc fait un coussin en laine chenille velours vieux rose!


Un simple gros coussin rectangulaire en bride simples, avec sur le tour un tour de points festons.

Sur lequel j'ai appliqué deux bouquets de fleurs et feuilles



Voilà mon coussin est en place sur ma méridienne où je suis assise plusieurs heures par jour. La péri-arthrite a été évitée, donc maintenant, je vais pouvoir finir mon ensemble pull et gilet, que je ne mettrai pas de suite vu le climat actuel!!! LOL


28 juillet 2019

Nos amis du Dimanche

Merci encore à Tinie qui m'a fait parvenir cette bien jolie histoire!

L'histoire du Chien, du chat et du rat!
Non, ce n'est pas une Fable de La Fontaine!

Inséparables : Ce chien, ce chat et ce rat ne peuvent plus vivre les uns sans les autres après avoir été habitués à partager la même pièce dans un refuge pour animaux



Lorsque l’Oshkosh Area Humane Society dit « l’OAHS », un refuge d’animaux au sud de l’état du Wisconsin (« États-Unis »), s’est vu dans l’obligation de réviser son budget, il s’agissait d’être créatifs afin de pouvoir continuer à accueillir des animaux :
« Les propriétaires (du chat, du chien et le rat, ndlr) devaient réduire leur espace d’habitation, il était donc impossible pour eux de garder leurs animaux » a expliqué Cheryl Rosenthal, la coordinatrice de l’éducation et de la communication au sein de l’OAHS, au site The Dodo.

Réticent, de prime abord, à l’idée de faire partager à Sasha (le chien), Jack (le chat) et Tweaks (le rat) le même espace de vie, le refuge s’est peu à peu laissé séduire par l’idée d’un avenir commun pour les trois bêtes à poils :
« Nous devions vérifier que les vaccins de Jack étaient bien à jour et effectuer une batterie de tests médicaux, mais le chat s’est subitement tendu. Il est devenu drôlement effrayé, et pas du tout coopératif. Alors l’un de nos employés a décidé de laisser rentrer le chien, et le résultat a été incroyable. À la minute où le chien est entré dans la salle, le chat s’est métamorphosé. Il est subitement devenu beaucoup plus zen ».

Émerveillés par le résultat plus que positif que l’arrivée du chien a eu sur Jack, les employés du refuge ont rapidement émis une autre suggestion :
« On a pensé qu’il était peut-être une bonne chose d’impliquer Tweaks, le rat, dans le « foyer » de Jack et Sasha, et visiblement, il s’agissait d’une vraie bonne idée : aussitôt après que Tweaks ait fait son entrée, il s’est jeté sur Sasha, a commencé à lécher le chien qui s’est empressé de lui rendre ses léchouilles. Je me suis dit ‘OK, ils sont vraiment amis’ ».
« Le chat était en train de dormir, alors Tweaks s’est simplement glissé sous la patte de Jack, pour se blottir sous ses coussinets, comme s’ils étaient les meilleurs amis du monde. »

Partage de nourriture, démonstrations d’affection, la symbiose au sein du trio est rapidement devenue une pastille de bonheur quotidienne pour l’équipe de l’OAHS, presque triste de devoir les remettre sur le « marché » de l’adoption :










« Kathy Berens et sa fille avaient déjà adopté un chat chez nous et étaient à la recherche d’un nouveau félin mais aussi d’un chien. Alors lorsque Kathy nous a entendus évoquer les relations fusionnelles liant Tweaks, Sasha et Jack, elle a immédiatement pensé qu’ils avaient le potentiel de s’intégrer à leur famille »
Peu friande des rongeurs, Kathy a cependant émis quelques hésitations : « Elle n’était pas vraiment sûre par rapport au rat. Une réaction usuelle pour les gens, habituellement réticents à adopter un rongeur. »
Heureuse d’avoir mis de côté ses a prioris, Kathy s’était empressée de déclarer : « Je suis tellement heureuse de l’avoir rencontré, après l’avoir tenu dans mes bras, et témoigné de son affection, c’est vraiment difficile de ne pas l’aimer »
Et voilà comment , le chien, le chat et le rat ont trouvé une nouvelle famille!



BON  DIMANCHE !